En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Ces derniers sont nécessaires au bon fonctionnement du site En savoir plus

J'ai compris

Claire Bouloc est responsable du pôle RH au sein du Groupement de Coopération Social et Médico-social Palaios (GCSMS PALAIOS) en Aveyron et référente handicap OETH. Lauréate en décembre 2015, pour l’instauration de sa politique de santé et de qualité de vie au travail au sein de l’Association Jean XXIII de Rodez nous sommes allés à sa rencontre...

 

Assumer et intégrer pleinement le handicap avec la casquette de « référente handicap OETH »

Claire Bouloc a suivi la formation de référent handicap OETH. Elle est à, ce titre, l’unique référente handicap des 4 structures membres du GCSMS.

« Bien avant de savoir que la dénomination "référent handicap OETH" existait, j’avais dès le début de ma mission au sein du pôle RH en 2012, participé à la définition de la politique RH des établissements. Je remplissais donc déjà mon rôle de "référente handicap" depuis 5 ans. Aujourd’hui je veille toujours à ce que les actions visent à prévenir les risques pour la santé, à intégrer des personnes atteintes de handicaps ou parfois à accompagner dans leurs démarches des salariés RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), à aider à formaliser un parcours professionnel, parfois éloigné des structures, mais permettant de conserver une activité et de vivre de cette nouvelle activité professionnelle. La formation de référent n’a fait que confirmer et renforcer ma position sur le sujet. Elle m’a armée pour l’assumer pleinement et l’intégrer à ma fonction RH », explique-t-elle.

Collaborer pour prendre en compte le handicap

« J’ai piloté un projet mutualisé depuis 2012 autour de la SQVT (Santé et Qualité de Vie au Travail). J’ai constitué, en accord, avec  les Directions, un groupe de pilotage par établissement. Il est composé de deux salariés, un représentant élu du personnel et une personne légitime à parler santé (Infirmière ou ergothérapeute), la Direction et moi-même. Nous avons vérifié que ces personnes avaient une appétence pour le sujet et nous sommes assurés de leur adhésion au projet. Elles sont la base du dispositif AP HAPA (Animateur en Prévention des Risques Professionnels en EHPAD) et complètent la mission du « référent handicap ». Nous avons suivi ensemble les formations de base en prévention, animateur en prévention et formateurs PRAP 2S. Mon rôle a consisté à intégrer les différents travaux dans l’ensemble des processus RH » précise Claire Bouloc.

La mission de « référent handicap » facilitée par la fonction de RH

Être Responsable du Pôle RH du Groupement de Coopération Social et Médico-social Palaios est un atout pour mener à bien une mission de « référent handicap ».

« Mon rôle en tant que « référent handicap » est facilité par ma fonction RH. Je viens en support des Directions d’établissement. Je reçois les salariés, je les conseille dans un cadre neutre avec toute la connaissance que j’ai de l’ensemble des dispositifs en matière de formation, d’évolution professionnelle et de possibilités de financement. J’interviens aussi quelquefois en tant que médiateur avec la Direction. Je m’efforce d’être  suis une oreille attentive, bienveillante, neutre, mais pour autant j’ai des comptes à rendre à la Direction de l’Établissement. Je peux faciliter des échanges sur des sujets délicats. Mais le plus important reste le dispositif AP HAPA (Animateur en Prévention des Risques Professionnels en EHPAD), que je contribue à faire vivre. Les membres ont pour certains intégrés un CHSCT et sont pleinement investis. D’autres sont Délégués du Personnel et jouent ce rôle d’alerte. Quel que soit leur titre, toutes ont les compétences et la légitimité pour cela. J’organise deux rassemblements AP HAPA des 4 structures tous les ans. J’essaie de mettre en relation sur cet espace les partenaires institutionnels de manière à créer une synergie des acteurs et des actions afin d’éviter les redondances et gagner en efficience. Dans ces temps de partage, chacun expose des analyses de situations à risques ou d’accidents du travail ou des études spécifiques visant à réduire l’accidentologie ou les maladies professionnelles. Je fais un bilan tant sur l’accidentologie que sur les différents accompagnements de salariés. Je fais part des difficultés éventuelles ou des points positifs. Je maintiens l’engagement du groupe à actualiser le Document Unique dans chacune des maisons avec l’appui des Directions» souligne Claire Bouloc.

L’impact du Trophée OETH

Avoir reçu le Trophée OETH a eu des résultats positifs pour Claire Bouloc et même si elle n’a rien changé en matière de politique de santé au travail car son dispositif était déjà installé, elle a renforcé ses actions qui ont contribué à la notoriété de l’établissement.

« Je me suis sentie confortée dans le fait que c’était la bonne voie, alors j’ai recentré mon énergie à consolider les acquis et à mobiliser les groupes de travail. J’ai élargi les partenariats institutionnels en proposant des temps de rencontre (CARSAT, Médecine du Travail, DIRECCTE, OPCA UNIFAF, ARS…). Par mon intermédiaire, le GCSMS PALAIOS a pu témoigner de cette démarche depuis 2012 notamment dans plusieurs revues. Le trophée OETH m’a permis d’améliorer l’image des EHPAD. De nombreuses réunions sont consacrées aux travailleurs en situation de handicap et à la santé. La prévention s’inscrit dans la culture des établissements et dans l’image même du groupement tant au niveau de la gouvernance que de l’ensemble des salariés » indique Claire Bouloc.

Des actions ciblées

Le GCSMS PALAIOS a réalisé de nombreuses actions pour intégrer le handicap au travail.

« J’ai mis en œuvre un groupe de pilotage SQVT et l’installation de la fonction AP HAPA (formations, regroupements, analyses, échanges inter établissements), des contrats de prévention avec la contribution de la CARSAT sur les rails de transfert et autres aides techniques, l’accompagnement de trois salariés en reconversion professionnelle (un Master II enseignement, un BTS assistante de Direction et un projet en cours en médecine chinoise), l’accompagnement d’aménagements de postes. Il convient par ailleurs de prévenir en amont les difficultés pour éviter les échecs comme les licenciements», précise Claire Bouloc.

Rendre naturelle la question du bien-être au travail, de l’inclusion et de l’accompagnement des personnes en situation de handicap

À l’horizon 2018, le Groupement devrait intégrer complètement le handicap au travail : « Je souhaite ne plus avoir à mobiliser les personnes, mais à rendre totalement naturelle la question du bien-être au travail, de l’inclusion des personnes en difficulté et de l’accompagnement lorsque survient la situation. Je continuerai à diffuser l’information auprès des salariés, à mobiliser les acteurs internes et externes et à favoriser leur coopération et leurs complémentarités. Je veux conserver le cap, en préservant les valeurs associatives, fondements de notre mission auprès des résidents. Le bien-être des résidents passe par la bonne santé des salariés et par cet adage du GCSMS PALAIOS qu’il faut toujours avoir l’esprit : considérer, avant tout, l’Homme comme une finalité et non comme un moyen », conclut Claire Bouloc.
 

À savoir

Le Groupement de Coopération Social et Médico-social PALAIOS, situé en Aveyron, a été créé par trois associations gestionnaires d’EHPAD partageant les mêmes valeurs qui s’articulent autour des valeurs associatives, de la primauté de l’être, de la dignité, de l’altérité et du désintéressement. L’objectif du Groupement est de mutualiser des moyens pour améliorer la réalisation de leur mission.

Les associations du Groupement restent autonomes en matière de gestion et de décision et possèdent les 4 fonctions clés suivantes : l’administration et la finance, la qualité, le droit des usagers et les ressources humaines organisées en pôles d’expertises accomplissant des missions d’appui, de conseil, de veille et de prestations de service. Ils accompagnent les directions tout en leur délivrant une expertise technique. La diversité des situations rencontrées dans chaque maison et la répétition des thématiques abordées favorisent l’enrichissement collectif et permettent l’efficience globale des services apportés aux établissements et aux résidents.

 

 

Haut de page

Inscription à la newsletter

Les champs avec une * sont obligatoire